Plus de cent ans d'histoire de Terres de Lavaux (Partie 4)

Découvrez cette semaine le quatrième chapitre de l'histoire de Terres de Lavaux qui vous décrit les différentes étapes d'une cave plus que centenaire de 1906 à aujourd'hui.


1942


  • Renouvellement du bail pour la location des caves du château avec la commune. Le canton nous

    rembourse la moitié des frais des cuves, soit 10'462.- frs. On a besoin de place, mais nous ne pouvons plus faire de cuves car la chambre Vaudoise du commerce ne nous autorise pas a acheter des fers et du ciment. On loue une cave à Paudex pour frs 1'900.- par année.
  • Capacité 120’000 litres. Année de grêle et de coître. Vendanges dès le 5 octobre.
  • L’économie de guerre nous oblige à livrer du raisin de table. Il sera payé 1,20 le kg. On doit aussi livrer 20% de la récolte à la confédération pour en faire du concentré. Le 1942 est à 1,30 frs le litre pour cafetier, frs 1,70 le 1941 et frs 1,80 le 1942.
  • La finance d’entrée passe à frs 25.- le fossorier.

1943


  • L’économie de guerre demande du raison de table. Les membres en fourrnissent.
  • Vendanges dès le 30 septembre. Récolte annoncée 400'000 litres dont 100'000 seront pressés au Château. Vente de 60'000 litres à Perroy (S.V.P.) au prix de 1,30 mais ça rouspète car ils nous ont pas encore payé le 42.

1944


  • On écrit à Berne au département militaire et des assurances car on ne veut pas payer l’assurance grêle en avril, mais en fin d’année. Réponse négative.Il faudra payer en mars. Le Lutry est à 1,90 et le Villette à 2.-
  • Nouveau président en la personne de M. Marcel Richard.
  • Estimation des récoltes, 600 litres au fossorier.
  • Etude pour un pressoir hydraulique. La maison Bucher fait une offre pour deux pressoirs à frs 16'000.-. Mais le projet doit être abandonné, car on ne trouve pas de fers et l’Assemblée trouve trop cher. Capacité de pressurage: 40'000 litres par jour. Le 1943 se vend très bien, on n’accepte plus de nouveaux clients.

1945


  • On envidage une réfection des anciens pressoirs, mais le département fédéral de l’économie de guerre refuse de fournir des fers et du ciment à l’entreprise mandatée. Donc abandon du projet. Il faudra faire avec ce que l’on a.
  • Une demande est faite au comité pour engager un caviste fixe.
  • Récolte annoncée 620’000 litres. Vendanges le 20 septembre. Achat d’une machine à calculer, la première pour frs 760.-.
  • Engagement de M. Joseph Bucher comme caviste fixe. Un contrat de 5 ans est signé. La station fédérale nous félicite pour l’excellente qualité de nos 1945.

1946


  • Désaccord avec la maison Bujard qui estime qu’on lui vend nos vins trop cher, elle en avise le Service Fédéral du Contrôle des Prix à Berne.
  • Fin des amendes pour absence aux assemblées. Etude pour faire des cuves à la cave Augsburg. La maison Notari de Cully l’emporte avec un prix de 19,6 centimes au litre.
  • Le 40ème est en préparation. Un souper à la salle de gym est agendé pour la fin de l’année. Le cuisinier prévu n’assume pas et tout est annulé. La fleur passe très mal. Un fond pour le 50ème doit être fait.
  • La maison Bujard offre de nous acheter toute la récolte et s’occuperait de la commercialiser à notre place. Refusé.
  • La Commune pense à supprimer les bans et demande notre avis. Nous sommes d’avis de les garder. La cave Augsburg est terminée. Coût 16'000 frs. 
  • La surface actuelle est de 1289 fossoriers et le prix aux grossistes est de 2.-

1947


  • Notre société change ses statuts afin de pouvoir garder le terme « Association ».
  • L’assemblée accepte une dépense de 16'000.- frs pour l’installation d’un pressoir hydraulique.
  • La récolte 1947 est pressée avec ce dernier à la satisfaction de tous.
  • Le 1946 s’écoule mal.

1948


  • Le département de l’agriculture nous accorde un subside de 4'600.- frs pour les cuves construites à la cave Augsburger.
  • Un nouveau président arrive en la personne de M. Albert Blanc.
  • L’association compte 132 membres.
  • L’assemblée accepte une dépense de 28'000.- frs pour l’achat d’un second pressoir hydraulique ainsi qu’un système de pesage et de foulage automatique.
  • Engagement d’un gérant comptable, M Edmond Berger.

Articles les plus consultés